Nous avons visité la station d’épuration de la Feyssine qui se situe vers le Boulevard Périphérique Nord, à Vaulx-en-Velin. Cette visite rentre dans le cadre de notre BTS car nous étudions les traitements que subissent les eaux que nous consommons et rejetons. En effet, en STBI nous avons vu le fonctionnement d’une station d’épuration ; alors cette visite nous a permis de voir tous les processus.

Cette visite nous a été présentée par Yoan Vincent qui fait partie d’une association appelée « FRAPNA -Rhône ». Cette association agit depuis plus de quarante ans dans de multiples directions : Actions directes d’expertise et de protection des milieux naturels de la faune et de la flore. Actions en justice. Acquisitions foncières. Représentations dans de nombreuses commissions ou organismes. Réflexion sur les problèmes liés à l’écologie. Information et sensibilisation à la protection de la nature.

Cette station a été créée en 2013 pour répondre à l’expansion des quartiers de Lyon Est. Elle traite l’eau unitaire (eaux des particuliers et les eaux publiques) de Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Décines-Charpieu, Bron, Chassieu, Saint-Priest, Genas, Saint-Laurent-de-Mure et Saint-Bonnet-de-Mure, soit un total de 144 000 habitants mais elle a été conçue pour 300 000 habitants.

Il a fallu 180 000 heures de travail soit 3 ans de construction. La station a été construite dans un but d’éco-performance. Elle est fermée et désodorisée ce qui permet de réduire au maximum les nuisances olfactives et sonores. Par manque de surface, les bassins, ainsi que toutes les autres installations on dû être réfléchis (bassins rectangulaires).

Elle possède des caractéristiques que d’autres stations n’ont pas comme : des panneaux photovoltaïques intégrés aux bâtiments qui permettent de produire un peu d’énergie pour le fonctionnement de celle-ci, la chaleur des eaux usées est recyclée pour chauffer les locaux grâce au méthane produit par la digestion des boues d’épuration. L’air est capté dans des colonnes qui permettent de la centraliser et d’enlever les mauvaises odeurs (vaporisé d’acide sulfurique puis de javel, et de soude) ; après centralisation il est renvoyé dans le milieu extérieur. De la végétation est plantée sur le toit ce qui permet de capter le CO2 produit par la circulation du périphérique. De plus, une petite partie de l’eau traitée est utilisée pour nettoyer les lieux (parking, arrosage, locaux..).

Pour fondre la station d’épuration dans l’environnement, des bassins décoratifs ont été mis en place ainsi que des murs végétatifs qui ont aussi pour but d’isoler thermiquement les bâtiments.

Cette station respecte le procédé de la marche en avant, des SPC qui sont des méthodes préventives. En effet, la station a mis plusieurs points de contrôle au cours du traitement pour vérifier le bon déroulement et ainsi réagir rapidement en cas de problème et pour éviter les accidents, des mesures préventives sont mises en place (port de casque, chaussures de sécurité et gilet jaune obligatoire, port de boules quiès dans les salles à nuisances sonores).

L’ensemble de la classe de BTS remercie notre intervenant Yoan Vincent, son association FRAPNA ainsi que la station de la Feyssine de nous avoir accueilli.

Auteurs : Clara SERVE et Loïc POIRRIER